Posts Tagged: voyage

Quand on ne cherche plus, on trouve!

Nous avions envie de faire ce voyage pour vivre cette aventure ensemble (Dave a fait déjà 6 voyages avec Greet, son ancienne compagne, et 1 tout seul) et aussi dans l'espoir de trouver ce lieu dont on rêve : se poser dans un espace de vie plus grand sur quelques hectares de prairies et de bois, faire notre bois, le débardage avec les chevaux, une rivière, une source, une grange pour y faire mon atelier, accueillir des roulottiers... faire un lieu de partage, de création, vivre à plusieurs tout en ayant chacun de l'intimité (1ha par famille), mutualiser la gestion du quotidien, le matériel... Dave a aussi envie de tester la permaculture...

Voilà que lundi 16 septembre, après avoir roulé 4h sous une pluie fine, nous prenons le risque de nous arrêter alors qu'il n'y a ni rivière, ni robinet, en plein milieu de la forêt de Gardedeuilh. Il va bien continuer à pleuvoir pour récupérer l'eau de pluie pour les chevaux... Eh bien, non! Le soleil pointe petit à petit son nez... Nous donnons les 20l d'eau aux chevaux, réservés pour la halte du midi, je restreins chacun pour qu'il y en ai pour les 3. On verra bien s'il pleut, au pire, on a repéré des étangs plus haut sur la carte.

Dans l'après-midi, une voiture s'arrête. Ce sont les propriétaires de ce coin de forêt (« Ah bon, ça n'était pas communal! »), ils sont ravis de nous voir ici et proposent de boire un café dans leur chalet à côté des étangs... Ils parlent de leur fille qui habite juste à côté, elle est psychothérapeute, leurs 2 fils sont déscolarisés, elle est très intéressée par la démarche de Pierre et Sophie Rabbhie, son mari a un atelier de gravure dans leur grange... « ah ouai, on a bien envie de les rencontrer! ». Le lendemain, Hélène, leur fille arrive à la roulotte avec ses enfants pour nous voir atteler. On l'invite à boire un thé, on discute... « On vit sur un terrain de 7,7ha, on se rend compte que c'est beaucoup à gérer, les enfants sont aussi un peu seuls... » «  Si vous voulez vous poser quelques temps chez nous... » On se regarde avec Dave, pour l'un comme pour l'autre, le courant passe bien avec Hélène et son grand sourire. « Ok! On oublie les 3 semaines pour faire 400km, on profite de ce qui se présente.

On part tous les 5 sur la roulotte jusqu'à leur maison, accueillis à bras ouvert par Stéphane, son mari. Leur terrain est magnifique, des belles prairies, des bois, un ruisseau, une source à dégager, une immense grange... Leur maison est encore plus belle que celle que j'imaginais en dessin. C'est une belle rencontre que l'on fait là, nous avons une vision de la vie, de l'éducation assez proches. On s'aperçoit qu'on a les mêmes manières de voir une vie collective, chacun chez soi avec des gestions communes et des partages selon les envies. Nous avons parlé chacun de nos projets, de nos envies et s'ils diffèrent un peu, ils sont complémentaires.

Le soir, ils nous disent « ah bon, vous vous verriez vivre ici? » « Ben oui! À quelque chose près, c'est le lieu dont on rêvait ». « Demain matin, j'irai vous montrer des endroits où vous pourriez mettre la roulotte ».

Le grand pré allant vers 'notre' terrain

Le grand pré allant vers 'notre' terrain

Après quelques jours chez eux, ils nous proposent de faire un essai de 6 mois, histoire de laisser évoluer les choses tranquillement. Alors, on a commencé à couper les ronces, nettoyer avec l'aide des chevaux, puis installer la roulotte à l'orée du bois en attendant de couper les murs de ronces et des pins (alignés en très grand nombre!) pour se mettre plus à l'écart et construire une petite cabane...

Premières ronces dégagées pour y mettre la roulotte

Premières ronces dégagées pour y mettre la roulotte

Vue depuis notre roulotte côté nord

Vue depuis notre roulotte côté nord

feu pour fêter l'automne et notre installation.

feu pour fêter l'automne et notre installation.

le lendemain matin

le lendemain matin

 
Le ruisseau qui longe le terrain, plein d'argile

Le ruisseau qui longe le terrain, plein d'argile

 

Il est temps de rentrer en Anjou pour récupérer des affaires et rapatrier la roulotte demi papillon et ma chariotte/atelier...

Changement de Cap!

Un vitrail de l'église de Castillonnès (24)

Un vitrail de l'église de Castillonnès (24)

,

Vendredi 6 septembre,

Les filles retournent en début de semaine prochaine chez Greet qui s'est installée dans ma maison (enfin, la maison que ma grand-mère me prête depuis 2004) à Longué. Nous allons les inscrire à l'école vu que Greet ne préfère pas faire l'école à la maison pour l'instant. Vu que nous sommes en voyage, nous souhaitions prendre les filles un mois sur 2, comme cet été. Mais l'école primaire trouvait compliqué notre idée d'alterner la scolarisation de Rebekka, 1 mois à l'école, 1 mois école à la roulotte pendant la suite de notre voyage. Alors que faire??

Ça fait quelques temps que nous nous posions la question de continuer notre voyage vers les Pyrénées. La roulotte est très lourde pour les chevaux (1800kg pour les 2 fjord de 450kg chacun, le poids idéal étant le poids de la roulotte pour le poids du cheval!). Dave peut changer tout le système de traction pour faire un attelage à trois pour ajouter Uda, mais c'est beaucoup de boulot et il faut du matos pour le faire! Et n'allons-nous pas vendre la roulotte dans quelques temps vu qu'elle est trop lourde (en fait elle est idéale pour être posée longtemps et voyager très peu, ou alors avec des gros chevaux de trait)?? Beaucoup de questionnements et donc cette dernière histoire avec l'école nous font décider de retourner vers l'Anjou.

Allez hop, on reprend l'atlas pour faire un nouvel itinéraire dans l'autre sens. Nous avons fait 426 km depuis Troglobal jusqu'à Lougratte (Lot et Garonne)... Au moins autant de kilomètre à faire donc dans l'autre sens en 1 mois pour reprendre les filles. Nous prévoyons de faire 20 à 25 km par jour, 6 jours par semaine, un autre rythme...

Heureusement, Dave a rencontré Christophe, le cantonnier de Lougratte qui nous a proposé de poser la roulotte et les chevaux chez lui au nord de Castillonnès, le temps de ramener les filles en Anjou et régler nos affaires en Anjou. Un grand merci Christophe, un sacré personnage d'ailleurs! Nous avons de la chance aussi puisque ma mère, en visite depuis quelques jours fait un détour pour nous amené en l'Anjou avant de continuer vers la Bretagne.

,

,

,

,

Rencontre avec Robert et le Magic Rock Circus

Samedi 10 août, je reçois un coup de téléphone de Robert, photographe. Il a eu mon numéro sur mon site et est curieux de nous rencontrer. Il suit des roulottiers, les prend en photo et les filme depuis 2005. On discute pendant ¾ d'heure et vu notre trajet, nous conseille de passer au collectif « Magic Rock Circus » qui accueille des gens de passage en camion, caravane, roulotte... Il vient d'y laisser des amis roulottiers qui y sont depuis le printemps. Nous traçons alors notre itinéraire dans cette direction et nous y arrivons 15 jours plus tard, le 27 août, après un petit arrêt au joli village de St Marcel du Périgord, à 15 km au nord de Lalinde (Dordogne). Nous avons pu faire connaissance avec Robert (de visu) qui est arrivé le lendemain.
clocher de l'église de St Marcel du Périgord (24)

clocher de l'église de St Marcel du Périgord (24)

 
1 partie du terrain et le chapiteau du Magic Rock circus

1 partie du terrain et le chapiteau du Magic Rock circus

Un terrain de 10 ha est mis à disposition par Murielle, une ancienne circassienne et éleveuse de chevaux. Nous sommes arrivés le même jour qu'une autre famille de roulottiers, Jérome, Estelle et leurs 2 enfants. Ils sont partis depuis 1 mois et demi du Lot et Garonne. C'est leur premier voyage et ils roulent tranquillement avec leur petite roulotte de 3 m de long et leur 2 énormes Brabançons (lourds chevaux de trait belges). Ça m'intrigue beaucoup de les voir voyager tous les 4 dans cette petite roulotte!?
la jolie petite roulotte de Jérome, Estelle et leurs 2 enfants

la jolie petite roulotte de Jérome, Estelle et leurs 2 enfants

A l'inverse, vivent sur le lieu depuis quelques mois Richard et Cathy et leur 4 enfants dans 2 roulottes type Lasneau et 1 chariot. La roulotte de vie où les parents dorment mesure environ 6m de long pour 2,40m de large. Ils en ont construit une plus petite pour leurs enfants avec une douche, un toilette... Ils voyagent en roulotte depuis 4 ans avec leur 4 chevaux de trait (1 percheron, 1 ardennais, 1 trait breton et ?), faisant l'école à la maison par le CNED. C'est la fin du voyage en roulotte pour eux, ils ont tout vendu et ont acheté 1 camion de 8T avec une remorque. Leur site internet : la roulotte de Casimir.
Les roulottes de Cathie, Richard et leurs 4 enfants

Les roulottes de Cathie, Richard et leurs 4 enfants

  Nous avons aussi croisé Serge et Céline avec leur 2 filles. Ils voyagent depuis 1 an dans la plus grande roulotte que je n'ai jamais vu : une Lasneau de presque 8m de long et 2,40m de large!! Ça doit être confortable mais difficile à manœuvrer! Elle pèse 2T8 pour leurs 2 comtois, comme nous, ils sont en large surpoids! (leur site internet : www.trekecrins.com)
Li'mmense roulotte Lasneau de Céline et Serge et leur 2 filles

Li'mmense roulotte Lasneau de Céline et Serge et leur 2 filles

  Le 3ème jour, je vois arrivé une tête qui me dit quelque chose. Eh, bien il faut être en Dordogne pour recroiser des gens de Beuzec (la tribu du Finistère Sud (j'avais écrit un article sur mon dernier passage là-bas))! Ils sont arrivés au compte-goutte en roulotte sur chassis de caravane tractées par des camions. Quelques uns ont construit une roulotte en bambous et toile, ultra légère sur le modèle de Mika (ou petit écureuil dans son livre) dans les Cévennes. Ils sont partis de Beuzec il y a 1 an, ont été rejoint par de nouvelles personnes. Ils sont entre 20 et 25 adultes et enfants quand ils sont au complet. Ils voyagent autour d'un projet de spectacle multi-arts (musique, cirque, marionnettes...). Ça m'a fait très plaisir de les revoir et de voir que l'aventure continue en nomadisant. L'idée de voyager en tribu me plait beaucoup, notamment pour les enfants, on n'a pas vu les filles pendant 4 jours tellement elles se sont amusées. L'idée du spectacle en route aussi me plait... Ils vont passer quelques temps ici pour finir leur zome de spectacle. La plupart d'entre eux ont envie de lâcher les véhicules pour tracter leur roulottes avec des chevaux... Pour avoir de leur nouvelles et d'autres photos du lieu : http://desracinesetdesgraines.weebly.com/
La roulotte de la famille de Gwenaëlle et Jeh

La roulotte de la famille de Gwenaëlle et Jeh

Un mur extérieur de la cuisine collective du Magic Rock Circus

Un mur extérieur de la cuisine collective du Magic Rock Circus

Le plafond de la cuisine du Magic Rock circus

Le plafond de la cuisine du Magic Rock circus

On a eu la chance d'assister au dernier spectacle du Magic Rock Circus de la saison, qui évoluait au fil du temps avec les personnes vivant sur le lieu et les animaux : chiens, poule, chevaux... Chacun y a trouvé sa place avec ses compétences et ses envies. Il y avait de la danse, des acrobaties sur chevaux (l'une d'entre eux a travaillé 5 ans à Zingaro avec Bartabas), du trapèze, du jonglage, du feu... Un fameux mélange! Vous retrouverez de nombreuses photos du spectacle sur le site de Serge et Céline.  
La Dordogne à Lalinde

La Dordogne à Lalinde

A la sortie de Couze et St Front en bord de Dordogne

A la sortie de Couze et St Front en bord de Dordogne

 
Rebekka sur Ben

Rebekka sur Ben

Nous sommes repartis vers Lalinde samedi 31, suivis par Robert. Juste avant de partir, Richard nous dit qu'il a croisé un roulottier sur la place du village de Lalinde, Christian qui écrit des livres. Décidément, on en entend beaucoup parlé de ce Christian! Quelques amis l'ont croisé en Anjou l'année dernière et on nous a prêté un de ses livres. Il voyage depuis 25 ans à travers l'Europe, la Russie... On espérait qu'il soit encore à Lalinde, mais à part du crottin, on n'a rien vu!
Le typi de Rebekka, Emanuëlle et Robert à Castillonnès (24)

Le typi de Rebekka, Emanuëlle et Robert à Castillonnès (24)

Robert nous a suivi quelques jours. Courageux, il prenait son vélo électrique chaque matin pour trouver un bel endroit pour les photos ou les films. Arrivés au point de chute, env 15 km plus loin selon ce que l'on trouvait, il retournait chercher son camion et sa remorque salle de bain / labo photo! Il nous a suivi jusqu'à Lougratte, où nous avons passé quelques jours au bord du lac (une belle journée pour se baigner suivi de 2 jours de pluie...). On a hâte de voir ses photos et ses films une prochaine fois, quand il les aura fini.  
Rebekka et Emanuëlle par Robert

Rebekka et Emanuëlle par Robert

Rebekka par Robert

Rebekka par Robert

Emanuëlle par Robert

Emanuëlle par Robert

On a adoré la Dordogne et ce début de Lot et Garonne, c'est magnifique, vallonné, très boisé!  

Enfin en route…

Premiers essais avec Uda, Ben et Celle

Premiers essais avec Uda, Ben et Celle

Celle, Uda et Ben au repos dans un champ à Saugré, à côté de Dénezé sous Doué le premier jour, lundi 22 juillet

Celle, Uda et Ben au repos dans un champ à Saugré, à côté de Dénezé sous Doué le premier jour, lundi 22 juillet

  Ca y est , après un an et demi de préparations, nous avons pris la route... Nous sommes partis depuis 4 jours et je profite d'une visite chez des amis à St Martin de Sanzay pour me relier à l'internet...
La roulotte à l'abbaye d'asnières

Deuxième jour à l'Abbaye d'Asnières

Uda n'était pas tout à fait prête, nous n'avons pas finis de lui apprendre l'attelage mais nous avons décidé de partir quand même avec elle, à la manière Manouche, sous les conseils de Serge (l'éleveur qui me l'a vendu). Nous avons fait plusieurs ballades avec elle avant de partir, accrochée à droite de la roulotte , à côté de Ben et Celle (les Fjord de Dave qui tirent habituellement la roulotte familiale, Dave l'a construite en 2009 quand leur dernière fille, Emanuëlle est née). Nous lui laissons son licol, sur lequel nous mettons la bride avec le mors, la sellette. Dave a fabriqué un système de traction rudimentaire à l'aide d'une ceinture de sécurité autour du cou d'Uda accrochée à une corde d'escalade reliée à la partie avant mobile de la roulotte. Elle a un peu paniqué au début mais elle s'est très vite habituée au système, elle en profite même pour être cool et ne pas tirer souvent la roulotte (on avait déjà remarqué un petit côté fainéant de sa part...). Elle goûte donc à la vie en route, observe tout autour d'elle, prend peur devant les choses qu'elle ne connait pas ou qui surprennent (chiens qui aboient, murs très hauts, grosses citernes...). Jusque là tout est normal! Nous avons été pas mal stressés au début. Jour après jour, l'équipe se détend et nous commençons à profiter du voyage... Nous avons trouvé des supers endroits chaque soir, avec de l'eau accessible, même un super lavoir le premier jour de la canicule. Nous faisons entre 10 et 15 km par jour (parfois un peu plus avec les erreurs de trajet... il me semblait pourtant bien savoir lire les cartes mais évaluer les distances sur les petites routes, parfois non indiquées n'est pas toujours simple!). Nous ne ferons pas beaucoup plus pour le moment, ça nous demande à tous beaucoup d'attention et de concentration, je marche pas mal à côté d'Uda quand elle a besoin d'être rassurée. Nous sommes tous bien fatigués en arrivant! On a encore du mal à réaliser qu'on est en voyage, ça fait tellement longtemps qu'on attend ça! Et puis on est encore dans une région connue où on croise des amis... Mais demain, départ vers Oiron, où j'aimerais visiter le centre d'art dont on me parle depuis longtemps...
La roulotte devant l abbaye d'asnières

La roulotte devant l'Abbaye d'Asnière où on avait exposer pendant la Semaine Enchantée 2011

Le pré devant le prieuré

Troisième jour chez des copains dans le presbytère de St Martin de Sanzay, face au Thouet, magnifique...

Valse des queues

la valse des queues sous la chaleur...

A bientôt par ici ou par là...

Après quelques semaines sans nouvelles…

J'ai laissé passer plusieurs semaines sans donner de nouvelles d'Uda, des roulottes, du voyage d'été...

Après une grosse déception de ne pas avoir voyagé cet été, ces semaines ont été bénéfiques pour retrouver de la motivation. Nous avons essayé de partir quelques jours en août avec la roulotte et Uda derrière. Après des complications parce qu'Uda n'acceptait pas d'être tirée par la roulotte, il devenait compliqué de nous déplacer avec elle sur plusieurs jours. Nous avons donc rebroussé chemin et n'avons pas voyagé en roulotte. Tout cela pour nous faire comprendre qu'il ne faut pas précipiter les choses et qu'Uda et moi ne sommes pas prêtes. Nous bougerons avec elle quand elle sera débourrée à l'attelage et que je réussirais à être plus ferme avec les chevaux. Comme dit le conte mongol le Chameau, du cerf et du cheval, j'ai "le coeur mou comme du beurre d'été" et je n'arrive pas à être ferme avec les chevaux pour gagner leur totale confiance... C'est passionnant les chevaux, c'est une sacrée remise en question!

Donc, but pour les prochaines semaine : bosser avec Uda avec l'aide de Dave et de Marie-Pascale d'Unis vers le cheval, pour être directement confrontée à ce qu'est un cheval, à mes peurs, aux siennes, travailler la relation au cheval, les guides et petit à petit la traction. En novembre, j'aimerais bien retourner au village éphémère du Festival du film nature à Murs Erigné avec ma chariotte/atelier, vendre quelques céramiques. Normalement, on y va avec la roulotte.

Côté roulotte, ça avance bien, Dave a beaucoup bosser dessus et Greet et Jérémy aussi :

imgp6694    
Notre roulotte en douglas

Notre roulotte en douglas

       
De l'intérieur...

De l'intérieur..

           
La porte coulissante en cours de rabotage!

La porte coulissante en cours de rabotage!

       
Le chassis de Greet presque fini!

Le chassis de Greet presque fini!

       
Chassis de Jérémy en métal et bois, à la gitane!

Chassis de Jérémy en métal et bois, à la gitane!

                     

Et pour des nouvelles du village TROGLOBAL à côté duquel on vit et où on construit les roulottes, aller sur le blog en images et vidéo :

troglobal.wordpress.com

Vallée de l’Orkhon, Bat Olzii

Jeudi 27 août, Ulanbaatar

Je suis revenue hier matin sur Ulanbaatar en bus de nuit à nouveau! Pas facile de dormir là-dedans serrés les uns contre les autres! Le séjour etait tres chouette, j ai appris à faire plein de choses, l orom, l airag, la vodka mongole, les nouilles... et le mouton, c est trop bon... Par contre, je ne trais pas plus de 10 ml de lait de yack en 5mn! J'étais dans une famille juste à côté de la petite ville de Bat Olzii dans la vallée de l'Orkhon, dans l'Arkhangaï. Ils ont 2 petites filles et le mari était parti travailler sur Ulanbaatar. Autour, il y a avait 3 autres yourtes avec qui la famille s'organise pour traire, recharger les batteries chez ceux qui ont un panneau photovoltaique... Ils élèvent des yacks, des chevaux et des chèvres. Nous buvons et mangeons du lait de yack à toutes les sauce et le lait de jument est fermenté pour préparer l'airag, qu'ils adorent! J'avoue que je n'en suis pas fan, mais comme ça reconstitue la flore intestinale, j'en bois un peu chaque jour. Du point de vue humain, c était chouette avec certains surtout avec la petite Biamsuren de 2 ans et demi que j'endormai presque tous les soirs en chantonnant une berceuse Mongole! Avec la femme qui m hebergeait, qq moments de complicite sympa, malheureusement troublés par une attente de sa part en cado tjs et encore plus et son rapport a l argent très présent : combien ça coûte? tu me le donne, ca m irait bien! etc, etc... pour la communication, on s est debrouillee avec les gestes et j ai appris qq mots mongols essentiels. Mais ils aiment bcp rire et se moquer! pas méchamment mais des fois c est pesant! J ai eu qq moments de solitude aussi et de manque de complicité. Je reviens avec quand même un peu d'amertume, déçue de n'avoir pas fait de rencontre plus attachante et avec mon téléphone portable et le couteau Suisse qu'on m'avait prêté, en moins!!

En rentrant à la guest house, j ai rencontré Maëva, une étudiante française avec qui on a decidé de partir ce we a Terelj, où je voulais aller avec le couple francais! histoire de decouvrir un autre coin et on espère rencontrer de nouvelles familles qui nous accueillent. On revient donc dimanche soir a la guest house.


Darkhan – Ulanbaatar – uvurkhangai

Dimanche 16 aout 2009, Ulanbaatar

Je suis revenue hier a ulanbaatar pour un autre cour de chant diphonique (c est vraiment dur et crevant!) et le soir j ai rejoins Jacques (videoman, qui est aussi rentre de Darkhan) mange rapidement chez un lama a cote de la guest house avec Charlotte une etudiante a qui je devais passer le bonjour de Francoise Aubin (ethno mongolie) au cas ou je la verrai, et je l ai vu... Le repas a ete bien rapide, une tres bonne soupe aux nouilles et algues que le lama avait prepare dans son luxueux appartement, mais il devait rentre tot au monastere.

Je pars enfin demain a la campagne, dans l'Arkhangai, une region a l ouest d ulanbaatar. Mia (la traductrice avec qui on etait a Darkhan) m a trouve une famille a qui je vais donner un peu d argent pour pouvoir sejourner chez eux pendant 10 jours (pas de communication donc!). Le couple de Francais est aussi revenu de Terelj et je les ai retrouve avec grand plaisir a la guest house, ou je rencontre d ailleurs des gens tres sympa.

Ce n est pas simple d aller a la campagne et je n ose pas prendre un bus et m aventurer dans les steppes toute seule; la, je regrette un peu que cedric ne soit pas venu... mais ca y est, c est le depart, je fippe un peu de l inconnu et de manger du mouton 3 fois par jour pendant 10 jours...

Il faut donc que je m occupe de mon retour sur Beijing, et ce n est pas si simple! Le transmongolien est plein jusqu au 5 septembre! argh! une agence m a propose train + une nuit en bus couchette pour moitie prix mais le depart serait pour moi plus tot que prevu parce qu il ne part pas tous les jours et je ne souhaite pas repasser 5 jours a pekin, je me rencarde donc pour des avions, qui sont a ce qu on m a dit moins cher que le transmongolien!

Darkhan

Lundi 10 aout, 17h55

Des petites news de Darkhan, une ville au nord d Ulanbaatar. Je suis partie d'Ulanbaaatar samedi matin. J ai suivi Jacques un Francais Boudhiste prof de video dont anciennement aux beaux arts, qui etait dans la meme guest house que moi : Ciel Mongol. Il est accompagne de Mia et de son ami Lama, Tomroo. Je suis donc entouree de boudhistes et pour completer le tout nous sommes alles visiter hier un Monastere, le plus grand de mongolie je crois, guidee par les explications de Jacques. Les temples sont magnifiques et de superbes tentures de soie recouvrent certains piliers. La route etait rocambolesque, 1h30 de route puis autant de piste chaotique, humide, trouee. On a meme traverse plusieurs fois des rivieres.... les mongols n ont pas froid aux yeux!

Aujourd hui nous commencons l atelier video mené par Jacques et traduit par Mya, avec des jeunes du centre boudhiste (sorte de MJC). Je me suis proposee pour un reportage photo, histoire de participer, rencontrer des jeunes (10 a 18 ans) tout en me rendant utile... je découvre donc la Mongolie actuelle citadine. Dans quelques jours, je retourne sur Ulan Baatar en esperant que Tsogtgerel sera libre pour un cours de chant, puis je file a la campagne, normalement rejoindre un couple de jeunes francais sympathiques en rando dans le parc naturel de Terelj (juste a l est d UB). En essayant de me donner un depart dans la campagne et rencontrer des eleveurs qui m accueillent dans leur yourte...

Par l'intermédiaire de Mya, je suis allée passer une journée dans un atelier de feutre qui fait partie de la coopérative Artisans Mongols. Leur but est de développer l'artisanat mongol et soutenir les éleveurs en leur achetant la laine de leurs moutons, tout en créant de l'emploi pour des hommes et femmes. Elle est, comme Tsagaan Alt Wool, une des coopératives artisanales d'origine Norvégienne, où j'ai acheté quelques objets en feutre. J'ai donc appris à fabriquer feutre dans cet atelier, j'ai fait comme si je ne connaissais rien, histoire de voir leurs techniques. Elles ne sont pas si différentes des nôtres, dans cet atelier, ils fabriquent surtout des chaussons, avec une organisation, à la chaine, mais en tournant souvent et avec bonne humeur. J'ai trouvé une vidéo qui ressemble fortement au lieu où j'étais :

http://www.youtube.com/watch?v=qeUMrKJSvuM

Ici le temps est variable, nous sommes arrives a Darkhan sous la pluie, 15 degres, glauque a souhait! Hier les nuages etaient presents le matin pour donner place a un large soleil a notre arrivee au monastere. Aujourd'hui, le soleil nous a rechauffe sous ces 30 degres... Nous sommes heberges dans un appartement dans une cite. Il appartient au centre Boudhiste d'Ulanbaatar et permet d accueillir les gens qui ont des projets a Darkhan, dont la nonne Chantale, qui a passe beaucoup de temps en Mongolie.

Pekin, Ulanbaatar

mardi 28 juillet

ça y est, c'est le grand départ...
Demain, envol à 13h50 vers les terres pékinoises pour quelques jours. Cédric me
rejoint vendredi ou samedi, on traine encore nos guettres qq jours dans les
environs, puis on décolle vers la Mongolie sur les longs rails du
Transmongolien pendant 36 heures...

Toute cette préparation, je vous avoue, ne s'est pas faite sans stress et sans
angoisses de la sollitude et de l'inconnu... mais, il faut bien passer
au-dessus de ces peurs, sinon on ne fait rien!


jeudi 30, 20h30

Mon voyage s est tres bien passe, avec des sensations sympathiques au decollage
dans l avion.. Je n ai reussi a dormir que 1h30, alors la sieste s est continue
dans l auberge de jeunesse pendant 4h. Heureusement que l anglais existe, meme
si tout le monde ne le parle pas! j ai rencontre un chinois au resto qui m a
aide a choisir (bon maintenant j ai mal au ventre mais ca va passer..)
demain j vais visiter et m acheter qq frinngues trad! j me suis allegee expres
pour refaire ma garde robe...
cedric me rejoint samedi soir de son periple plus au sud (il est en chine depuis
plus de 2 semaines), puis soit on attend mardi, le depart en transmongolien pour
ulan baatar (capitale de la mongolie) ( ca me plait qu a moitie, j ai envie d
aller vers les campagnes...) soit on trouve d autres trains pour monter vers la
Mongolie interieure avant (ancienne conquete de Gengis Khan).
ici les chinois sont sympa et accueillants (contrairement au resto de chez nous
svt!), ils entament la conversation facilement, cool!!

Un grand merci à tous ceux dont la générosité m'a permis de concrétiser ce
projet... ( + des détails bien pratiques : à Zab pour son appart, sofi et nico
pour le duvet et tous les conseils, toto pour le micro...)

jeudi 6 aout

Me voila a Ulan baator depuis hier, avec un plongeon direct dans le grand marche
noir ou on trouve plein de choses (notamment une deel, vetement trad...). Je
suis seule, cedric n est finalement pas venu! j ai rencontre pas mal de
francais dans le transmongolien puis dans la guest house qui en est rempli. c
est donc facile de communiquer a l interieur, a l exterieur, c est une autre
paire de manche, ils parlent tres tres peu anglais... et l alphabet cyrillique
n est pas pour avantager...
Les 36h de Transmongolien, c est vraiment genial! on rencontre des gens, pleins
de paysages defilent, une experience a vivre...

j ai rendez vous tout a l heure avec tsogtgerel, chanteur traditionnel que j ai
rencontre au festival le reve de l aborigene, pour apprendre le chant
diphonique...


vendredi 7 aout, 10h30

Ouahou,Tsogtgerel m a emmene chez lui dans les quartiers de yourte et de
barraquement, j n pensais pas que j aurai l occase d approcher ces banlieues. Le
confort y est tres sommaire, assez sale et les toilettes,un petit barraquement
en bois dont les planches ne se touchent pas et 2 planches pour mettre ces
pieds au dessus du trou sur lequel on ne met rien, meme pas un peu de terre!
sa yourte est traditionnelle mais les meubles sont modernes. un ptit thé au lait
salé en sachet et du riz au mouton et nous commençons... Il est fier de me montrer son certficat de diplome de chant (il a etudié pendant 4 ans et a commence a 10 ans avec son pere) ainsi que son premier prix au concours internationnal de Khoomi (chant diphonique) dans la categorie solo. Je suis honnorée d apprendre avec lui!
il m apprend comment respirer, gonfler le ventre, serrez la gorge... je mets env
une demi heure pour reussir a sortir un premier son mais je ne reussi pas a
sortir le son diphonique qui vibre (bon c normal hein!) le soir j ai mal a la
gorge et le matin des courbatures dans les cuisses. ben oui, un moment il faut s
allonger en levant la tete et les pieds pendant qu il m appuie sur le ventre
avec son genou... faut que je fasse des abdos!
j espere qu il sera libre aujourd hui pour continuer. Peut etre qu on pourra
aller visiter ces parents dans l altai (il parait une des + belles regions)
mais a l extreme ouest du pays, il faut 2 jours de bus et 30euro/pers/aller qu il n a pas.
mais peut etre qu avec les sous que je lui donne pour les lecons...

sinon,j ai explose mon budget a pekin en 5 jours (pas mal, hein) 200 euro. la
bas, la vie n est pas si peu cher et les blancs se font svt arnaquer, meme en
marchandant a fond! et pis, j m suis fait plaisir en fringues (et j ai achete
pas mal de cado deja...) ici aussi, je depense et je n pensais pas rester si
longtemps a la guest house... mais pas questions de me restreindre, j m fais
plaisir!

je reste donc encore quelques jours a Ulanbaatar pour continuer les lecons de
chant mais je ne compte pas m eterniser.. il faut que je franchisse le pas de
filer a la campagne vers l inconnu. mais j aimerais rencontrer un mongol qui m
y emmene. Pour ca, il faut que j aille dans les bars mais ca n est pas aise de
se promener seule dans les rues, il y a bcp de voleurs (sont pas si tranquille
ces Mongols!). Ca n est pas du tout tranquille comme Pekin ou les gens te
disent bonjour et te sourient dans la rue, il faut plus craindre les blancs que
les chinois...


Mongolie, 1er acte

Les vastes steppes, les yourtes, le feutre, les chevaux, le mouton...

Je m'envole mercredi 29 juillet pour Pékin et passerai quelques 36 heures dans le transmongolien à traverser le nord-est de la Chine, la Mongolie intérieure, le désert de Gobi, quelques provinces  puis Ulan Baator. 30 jours pour découvrir la Mongolie et les Mongols, vivre avec des éleveurs, apprendre des chants populaires et diphoniques...

Je suis encore à la recherche de contacts sur place.

Un grand merci à mes amis et ma famille pour leur générosité pour mes 30 ans, grâce à qui je réalise un premier rêve de voyage.